Le système de soins de santé Belge sur la sellette.

Pourquoi est-il sur la sellette ? Pour l’instant le système de soins de santé en Belgique est au top à plusieurs niveaux mais qu’en sera-t-il d’ici vingt ans, sera-t-il toujours aussi performant qu’aujourd’hui ?

https://pixnio.com/fr/science-fr/la-science-medicale/stethoscope-instrument-hopital-medecine-soins-de-sante-sante-dispositif-clinique

Belgique; société solidaire

En Belgique nous avons la chance de vivre dans une société qui se dit solidaire, cela grâce a un système mis en place en 1860. C’est pendant la révolution industrielle que l’ancêtre de nos mutuelles a été créé. Durant cette époque les ouvriers devaient faire face à de nouveaux risques sur leur lieu de travail, ils ont donc créé une caisse commune pour se protéger. Trente ans plus tard, en 1891, l’Etat va subsidier ces sociétés d’assistance mutuelle à condition que celles-ci se rattachent à l’un des différents partis politique existant à l’époque. De là, diverses assurances verront le jour.

Celle qui nous intéresse ici est l’assurance soins de santé.  Elle est géré par l’INAMI (Institut National Assurances Maladies Invalidités). Cet organisme s’occupe de la cotisation liée aux soins de santé. L’assurance soins de santé est obligatoire depuis 1944 et elle coûte environ 10€ par mois en fonction de la mutuelle à laquelle l’on est affilié.

Mais donc qui y a droit à cette assurance et à quoi cela nous sert ?

Tout le monde peut bénéficier d’une assurance soins de santé, il suffit d’être affilié à une mutuelle.  Cela donne droit à une prise en charge, en tout ou en partie par notre assurance, du coût de nombreuses prestations de santé de base. Par exemple ; des soins médicaux primaires, des soins hospitalier, des soins de santé paramédicaux ( kinésithérapie, ergothérapie, logopédie,..), des médicaments, de la revalidation, …

Cette « aide » permets d’avoir accès à des soins de santé de qualités sans avoir pour autant à dépenser des fortunes, comme nous l’a expliqué le Dr Pierre Mols cardiologue à Uccle lors de son interview.  « j’ai eu à faire à un patient ayant besoin de soins vitaux mais qui sont extrêmement coûteux, chaque dose de ce médicament coûtait près de 6900€, il a eu ce traitement durant 10 jours ». Grâce à sa mutuelle ce patient n’a pas dû payer un seul euro. « il se serait trouvé dans un autre pays, tel que les États-Unis, s’il n’avait pas eu la chance de bénéficier d’une super assurance, il se serait malheureusement retrouvé au cimetière par faute de moyens ».

Les lois sociales sont un des points forts de la politique de santé en belgique.

Notre système est également très performants en matière de la prise de rendez-vous. Chez nous les rendez-vous s’obtiennent dans un laps de temps assez court ,d’autres pays tel que l’Irlande ou bien même le Royaume-Uni ne peuvent pas en dire autant.

La société Health Powerhouse réalise chaque année, depuis 2005, un classement des pays en fonction de leur système de soins de santé, dans son dernier rapport la Belgique est classé 5ème sur 35, l’un de nos atouts est l’accès aux soins de santé où nous sommes classé 2ème.

Ce tableau, réalisé par la société Health Powerhouse, regroupe les pays faisant partie de l’Europe et les compare sur leur accessibilité aux soins de santé.

Le seul paramètre sur lequel nous devons encore fournir des efforts d’après ce rapport est celui du temps d’attente pour un rendez-vous en psychiatrie pédiatrique. Lorsque l’on compare nos résultats avec par exemple ceux de l’Irlande, qui eux, sont dans le rouge a tous les niveaux, on constate que l’on ne pas si mal lotis en Belgique.

Cet accès aux soins de santé coûte-il trop cher à l’Etat ?

Depuis que l’assurance soins de santé est devenue obligatoire (1944), la santé coûte de plus en plus cher à l’Etat car il y a de plus en plus de personnes affiliées aux mutuelles et ils sont plus à devoir être remboursé. Malgré cela le Dr Mols nous répond que non cela ne coûte pas trop cher à l’Etat de nous permettre un bon accès aux soins de santé.  « Il vaut mieux se soigner régulièrement qu’attendre que le mal s’amplifie » confie le cardiologue. Mais Pierre Mols constate qu’on vit une médecine qui est de plus en plus duelle, la société est de plus en plus duelle, de plus en plus de personnes prennent des assurances privées. On fait donc face à un problème dû au clivage entre le privé et le public où l’on risque de perdre ce système de soins de base mais de qualité.

Aujourd’hui n’importe qui en Belgique peut avoir accès aux soins de santé et ça dès lors qu’il peut démontrer qu’il possède la nationalité belge et qu’il est inscrit dans une commune. « même une personne sans abris y a droit », relève le Dr Mols, « il faut souvent les prendre par la main et leur montrer qu’ils y ont droit ». Cela fonctionne grâce au système solidaire de nos lois sociales, ce sont les travailleurs qui cotisent pour ceux qui ne travaillent pas ou plus ( chômeur, pensionnés, …). Mais cela pourrait bel et bien changer si la dualisation de notre société s’intensifie.

Le vieillissement de la population

Avec ce principe de cotisation vient un autre problème pour le futur et surtout celui des jeunes générations. La Belgique connais un vieillissement de la population, ce qui implique qu’il y aura plus de personnes qui ne travailleront plus par rapport à celle qui travailleront. Cela entraînera une baisse des cotisations ce qui signifie entre autre ; moins de remboursements, des pensions plus faible et par conséquent des personnes âgées qui auront moins d’argent à consacrer à leur santé. La hausse de l’âge de la retraite, soit des personnes qui vont devoir travailler plus longtemps, ce qui va occasionner une plus grande fatigue du corps. Et encore bien d’autres impacts sur notre société future

Sauf que, oui en effet nous vivons plus longtemps mais pas forcément en bonne santé, cela veut dire que nous aurons besoin de plus de soins de santé, mais qui dit soins de santé dit remboursement d’après nos lois. Si ce n’est que là les caisses de cotisations ne seront plus aussi remplie qu’aujourd’hui .

En effet un bon accès aux soins de santé ne coûte sans doute pas trop cher à l’Etat de nos jours, mais qu’en sera-t-il d’ici quelques années lorsque les impacts de ce vieillissement de population se feront ressentir ?

Read more