Les hommes ont-ils des difficultés d’accès aux soins de santé ?

4K, CC0, domaine public, libre de droits 1 les étapes de la santé

De nos jours, accéder aux soins est une source d’angoisse. La plus grande difficulté rencontrée est les moyens financiers d’autant plus que la plupart des patients passent dans les mailles du filet.

En Belgique, environ 35 % de la population déclare avoir renoncé à des soins de santé pour des raisons financières. Parmi les frais de santé les moins bien pris en charge par l’Assurance maladie, les soins dentaires ou encore l’achat de lunettes arrivent en première place.

Est-il difficile pour une personne d’obtenir un accès aux soins de santé en Belgique ?

« Je pense que de nos jours, il est difficile d’obtenir un soin de santé. Pourquoi ? Faut savoir qu’en Belgique l’accès aux soins de santé est lié à deux conditions : le statut administratif donc être inscrit au registre national et le domicile (avoir une adresse de référence). Malgré les nombreuses mesures prises, il existe encore un certain nombre de personnes qui n’accèdent pas aux soins de santé. Et souvent les personnes n’arrivent pas toujours à réunir ces deux conditions. Comme par exemple : les personnes qui ne sont pas en ordre de séjour, les demandeurs d’asile etc. Et puis il y a aussi les personnes qui réunissent les deux conditions, mais qui n’ont pas les moyens de se soigner. Donc obligé de se tourne vers des maisons sociales. » (Auteur anonyme).

Fréquence et motifs des refus des soins.

Un médecin m’a révélé part son expérience, le refus des soins sont très exceptionnel. La majorité du temps il concerne les actes diagnostiques et thérapeutiques, en raison des traitements ou risque de complication.

Les premières contraintes que rencontrent une personne face à l’accès aux soins de santé.

« Il n’est pas rare que le patient rencontre des contraintes de se faire soigner, ce qui peut sérieusement bouleverser la relation entre patient et médecin. Les causes de ces contraintes sont multiples et parmi celles-ci on retrouve notamment :

Un mauvais apriori à l’égard des médecins, et, plus largement, du système de santé

Le coût qui restera à charge

La peur (du diagnostic, de la douleur, des complications…) ; »

Une expérience d’un refus de soins.

Pixabay License Libre pour usage commercial
✓ Libre d’utilisation.
✓ Aucune attribution nécessaire. Un homme en blouse blanche

Le médecin interviewé m’a donnée un exemple d’un patient souffrant régulièrement de maux de ventre et de douleur abdominale. Il  avait refusé à plusieurs reprises de subir des coloscopies pourtant conseillés par divers gastro-entérologue. Les raisons évoquées étaient la peur et les risques de coûts financiers élevés de cette opération. Le médecin lui a proposé un examen en lui expliquant les aides financières existant pour ce type d’opération et qui pourrait donc l’aider du côté financier. Le patient a donc accepté et l’examen a mis en évidence une tumeur du colon sigmoïde malheureusement déjà avancé avec une évolution défavorable. Le faite d’avoir refusé à plusieurs reprises de se faire soigner, a empêché de trouver la tumeur et de la traiter rapidement.

Le système de santé belge est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il prend en charge de nombreux frais. Mais tout le monde n’a pas accès aux mêmes soins.

Le gouvernement l’acteur principal de l’accès financier aux soins

« Faut savoir que le système financier de la sante en Belgique est basé d’une chose sur la taxation directe progressive, d’une deuxième choses les cotisations proportionnelles de sécurité sociale liées aux revenus et le financement supplémentaire lié à la consommation de biens et de services (taxe sur la valeur ajoutée) TVA »

Trop chers chez le dentiste

Les prix d’une consultation chez un médecin :  

Certains médecins font payer les consultations plus chères que les tarifs fixés par la loi, cela s’appelle des « dépassements d’honoraires ». Par exemple, le prix de base d’une consultation chez un médecin en Belgique est de 23 €. L’assurance maladie la rembourse à hauteur de 70 %, soit 16 €. Certains médecins ont des tarifs qui dépassent les sommes remboursées. Tout le monde ne peut pas se permettre de payer un tel montant.

Malheureusement, être bien soigné reste en grande partie une question d’argent dans notre pays car l’Assurance maladie ne rembourse pas tous les frais médicaux. Il est possible de souscrire à une « mutuelle » ou à une « assurance complémentaire santé » qui finance une partie des frais non pris en charge (qu’il prend juste une petite partir des soins). Il reste encore des personnes qui n’ont pas les moyens de se payer une « bonne » mutuelle, qui rembourse bien les soins.

Quelle est la différence entre médecin conventionné, non conventionné ?

Le médecin conventionné est celui qui pratique les honoraires prévus par la convention. Dans ce cas, vous ne payez alors que ce qu’on appelle le ticket modérateur, c’est-à-dire la différence entre le montant remboursé par la mutualité et les honoraires fixés par la convention.

Le médecin non conventionné est libre de pratiquer les prix qu’il souhaite. Il peut donc réclamer des suppléments au-delà des tarifs fixés par cette convention. On appelle cela les suppléments d’honoraires. Ceux-ci ne sont jamais remboursés par la mutualité.

Certains médecins refusent de soigner :

Même si c’est illégal, certains professionnels de la santé refusent de soigner les patients modestes. Des études ont montré que ceux qui bénéficient de « l’aide sociale » subissent des discriminations de la part des médecins, surtout des spécialistes, qui refusent de les recevoir. Pour eux, c’est aux hôpitaux publics de se charger d’eux.

lInstitut national de la statistique et des études économique,INSEE, en sigle, a publié une étude française qui révélait que plus on est aisé, plus l’espérance de vie est élevée.

 Cette étude démontre que l’espérance de vie à la naissance des hommes riches est de 84,4 ans ; cependant, elle est de 71,7 ans pour 5 % des plus pauvres, soit 13 ans d’écart. Chez les femmes, cet écart est plus faible : 8 ans séparent les plus aisées des plus pauvres aux femmes riches.

Alors que notre système de santé est réputé pour être l’un des plus égalitaires au monde, de plus en plus d’européen déclarent avoir renoncé à des soins médicaux pour des raisons financières.

Pixabay License Libre pour usage commercial
Pas d’attribution requise
Des médicaments trop coûteuse ?

L’augmentation du prix de certains médicaments… La santé serait-elle devenue un luxe ?

Des familles belges considèrent le prix des médicaments comme une charge moyenne ou lourde.

Sylvie Duquenoy journaliste a la RTBF a déclaré à la radio RTBF ‘’ Aujourd’hui, nous en sommes surtout aux nouveaux traitements dont la moyenne est autour de 40 000€, mais cela peut aller jusqu’à 100 000€ par an. A l’heure actuelle, les firmes ne se basent plus du tout sur le coût de la recherche ou sur le coût de production du médicament. Pour proposer leurs prix, elles se basent sur une donnée économique. En effet, des économistes ont calculé la valeur d’une année de vie. Et une année de vie en bonne santé vaut 40 000€. Cela a un prix... ‘’

Qu’est-ce que l’assurance maladie, quel est l’intérêt d’avoir une mutuelle ?

La mutuelle santé, également appelée complémentaire santé, est un contrat d’assurance intervenant en complément ou supplément de l’Assurance maladie afin de diminuer le reste à charge de l’assuré (ticket modérateur, dépassements d’honoraires, frais dentaires et d’optique, etc.).

Est-il devenue une mauvaise idée de prendre une mutuelle ?

Les complémentaires santé coûtent de plus en plus cher

Une enquête de  » l’UFC-Que Choisir » révèle que les tarifs des mutuelles n’ont cessé d’augmenter depuis plus de dix ans. La cotisation moyenne à une complémentaire santé s’élève en 2017 à 688 € par an, soit 47 % de plus qu’en 2006. Les cotisations complémentaires ont ainsi progressé trois fois plus vite que l’inflation sur la dernière décennie.

Les assurances offrent une protection sociale dans 2 domaines :

 • Elle intervient financièrement dans les frais médicaux des assurés pour une vaste gamme de prestations : prestations médicales, médicaments, séjour en hôpital ect..  

• Elle garantit un revenu en cas de perte de salaire à la suite d’une incapacité de travail atteignant un degré suffisant.

En conclusion : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux », nous dit la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Tu te demandes comment bénéficier d’une bonne assurance santé ou tu te demandes « C’est quoi une bonne mutuelle ?  » ou  » Quel est l’intérêt d’avoir une mutuelle ?  » n’hésite pas à te renseigner en cliquent sur les liens proposer.